Divers - Samuel Eto’o rattrapé par la patrouille ?







Paisiblement installé en Russie dans son club de l’Anzhi Makatchkala, Samuel Eto’o pourrait prochainement avoir à se justifier devant la justice espagnole. D’après le quotidien sportif Marca, l’international camerounais aurait fraudé le Trésor public espagnol à hauteur de 3,5 millions d’euros à l’époque où il évoluait au FC Barcelone. Une infraction passible de 1 et 5 ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller jusqu’à six fois le montant de la fraude.



Parti d’Espagne depuis l’été 2009 pour rejoindre l’Inter de Milan et ensuite la Russie et le club de l’Anzhi Makhatchkala, Samuel Eto’o pourrait très bientôt être contraint de devoir rendre des comptes à la justice espagnole. A en croire le journal Marca, l’international camerounais, qui coule des jours heureux à l’Est du continent, aurait fraudé le Trésor public espagnol à hauteur de 3,5 millions d’euros. Des fraudes qui se seraient produites entre 2006 et 2009 au moment où le Lion Indomptable évoluait au FC Barcelone. 

Cette somme correspondrait à une partie de ses revenus liés à l’exploitation de son image par le club catalan et son équipementier, Puma. Pour détourner cet argent, Samuel Eto’o aurait simulé la cession de ces droits d’image à deux entreprises, l’une basée en Espagne et l’autre en Hongrie, pour voir son taux d’imposition réduit. L’ancien joueur de l’Inter pourrait très prochainement être interrogé par la justice espagnole dans cette affaire et s’expliquer sur ces transactions obscures. 

Un comble pour un joueur devenu une star planétaire et qui perçoit actuellement près de 20 millions d’euros par an avec l’Anzhi, et ce rien que pour son salaire... Si l’infraction est avérée, Eto’o encoure entre 1 et 5 ans d’emprisonnement et une amende pouvant aller jusqu’à six fois le montant de la fraude. S’il n’y a aucune crainte à avoir quant à l’éventuel paiement de l’amende, vu les revenus actuels de l’international camerounais, le doute plane par rapport à cette peine d’emprisonnement....


TAG