Cameroun - Vincent Aboubakar: «Samuel Eto’o Fils est comme un père pour moi»


L’ancien artificier de Coton sport de Garoua pourrait faire oublier ses propos polémiques d’il y a deux ans et qui visaient l’ancien capitaine des Lions indomptables du Cameroun. 


Quand Vincent Aboubakar dit sa grande admiration pour Samuel Eto’o Fils. C’est arrivé ces jours-ci en Turquie. À la veille de son premier match comme titulaire dans l’effectif de son nouveau club, le Besiktas d’Istanbul. Le footballeur camerounais a parlé de son illustre aîné en ces termes: «il est comme un père pour moi et tous les jeunes footballeurs camerounais de ma génération, tout le monde l’aime au Cameroun»

On peut appeler cela un changement de discours. Un revirement. Car, Vincent Aboubakar est l’homme qui, en février 2014, estima que Samuel Eto’o devait déjà penser à prendre sa retraite internationale.«On ne peut pas jouer en sélection jusqu’à 50 ans», avait déclaré l’ancien artificier de Coton sport de Garoua au micro d’une chaine de télévision française. «Je le considère comme tous les autres joueurs de la sélection», avait continué le joueur, alors, sociétaire de la formation française Lorient.

À l’époque, la critique avait jugé déplacés les propos du buteur. Un confrère écrivait d’ailleurs à son sujet: «(…) pour ceux qui savent l’ambiance dans la tanière, Vincent Aboubakar a toujours estimé que s’il n’était pas titulaire, c’est parce que Samuel Eto’o ne voulait pas de lui. Et lors d’un regroupement à Yaoundé, il n’a pas manqué de lancer au capitaine des Lions: «Ton temps est dépassé, maintenant c’est le nôtre». Et à cette époque, il n’était déjà pas le flamboyant attaquant de Lorient. C’est dire que Vincent Aboubakar n’a pas attendu prendre du volume dans Lorient pour réclamer plus de considération».

L’on veut croire que les dernières déclarations d’Aboubakar au sujet d’Eto’o marquent un retour à la sagesse.

CIN
TAG